On a fait le tri n°68

On a fait le tri n°68

Parce qu’on n’a malheureusement pas le temps de vous parler en détail de tous les bouquins qui sont passés entre nos mains, « On a fait le tri » revient sur les sorties, plus ou moins récentes, de la planète BD.

OUROBOROS – T.1 : L’AMULETTE DE SALADIN

Retour aux origines de l’humanité et même de la Terre avec le premier tome de ce diptyque. A la base, des dragons immortels qui ont influencé toute notre société. Et un ordre, celui de la Reine des dragons, menacé par Xiao, un petit garçon à l’incroyable dualité. Au centre des enjeux, le môme va trouver une improbable nounou.

Jouons franc jeu, je n’ai pas kiffé de chez kiffer. Beaucoup de difficulté à rentrer dans le scénario, à comprendre qui fait quoi et quand. C’est brouillon, très gros même si le rythme est plutôt enlevé. Un point positif : la patte de Ceyles qui apporte un vrai dynamisme à l’ensemble. Je suis resté assez étranger à cette ouverture qui promet que le dragon va se mordre la queue.

Écrit par Olivier Pinard et Ceyles
Dessiné par Ceyles
Édité par Soleil

GRENDEL, KENTUCKY

A Grendel, devinez où, c’est marqué dessus, c’est assez improbable mais la terre qui était improductive pendant des siècles est soudain devenue extrêmement fertile. Surtout pour la weed. Leurs petites entreprises ne connaît pas la crise. Sauf qu’un léger grain de sable semble enrayer le fonctionnement de cette belle machine. Il s’avère que pour que ce miracle ait lieu et perdure depuis deux générations, il s’agirait de faire un sacrifice humain chaque année à un monstre au fin fond d’une mine… Le début des ennuis pour la population un peu perchée de ce village.

Avec des codes bien maîtrisés mais un peu chamboulés (flingues, grosses bagnoles, bikers au féminin et monstres), l’auteur nous livre un thriller fantastique un brin déglingo mais séduisant. Tout doit disparaître, la maxime prend tout son sens dans ce coin reculé de l’Amérique.

Écrit par Jeff McComsey
Dessiné par Tommy Lee Edwards
Édité par Delcourt

JHEN – JEANNE DES ARMOISES

Qui est ce fier combattant que Gilles de Rais arrache à une bande de mercenaires ? Diantre, une femme se cache derrière cette armure au lys royal. Et pas n’importe laquelle puisqu’elle se présente comme Jeanne d’Arc. Sauf qu’est-ce bien elle ? Ou Jeanne des Armoises qui se fit passer pour la pucelle d’Orléans après son exécution. Difficile de le savoir et Jhen, ami du maréchal de France, prend le parti de celui-ci et de sa protégée. Qui qu’elle fût…

Nouvelle et 19e aventure de Jhen dans ce Moyen-âge où des femmes puissantes commencent à pointer le bout de leur frimousse et à compter. Les codes du genre sont respectés et la lecture, à l’image d’Alix, ne s’opère pas en dix petites minutes. Pas de révolution, un style précis. Ceux qui aiment aimeront toujours, les autres pas davantage.

Écrit par Néjib
Dessiné par Jean Pleyers
Édité par Casterman

LE LOUP GRIS – PANZERKAMPFWAGEN VIII MAUS

Cinquième opus pour l’excellente série consacrée aux machines de guerre, celles de la WWII. On découvre cette fois une énorme souris, appelée ainsi, certainement ironiquement, par les Teutons, qui aurait pu faire des ravages si et seulement si le deuxième conflit mondial du XXe siècle avait poursuivi son cours plus longtemps. On parle là d’un bébé de 188 tonnes avec deux canons capables de percer les plus lourds blindages. Seuls deux exemplaires ont réellement existé. Là, ce char maousse costaud écume les plaines ukrainiennes et doit faire face à des cocos assez récalcitrants.

On aime ces rendez-vous décalés, empreints de réalité et de fiction, qui permettent de mieux comprendre la Deuxième Guerre mondiale. C’est une focale différente des autres et qui permet de mieux rentrer au cœur de ce conflit. Toujours précieux, le petit cahier technique en fin de récit.

Écrit par Jean-Pierre Pécau
Dessiné par Senad Mavric
Édité par Delcourt

WEST LEGENDS – T.6 : BUTCH CASSIDY & THE WILD BUNCH

Nous voilà arrivés au bout du far west avec ce sixième rendez-vous consacré à Butch Cassidy et à sa bande de furieux. Ces derniers sont à la fois pourchassés par des chasseurs de primes et par une coalition de shériffs après le braquage d’un train de l’Union pacific. Ça sent léger le roussi pour ces outlaws qui, dans leur fuite, tombent sur une communauté d’illuminés qui vivent reclus sous la coupe d’un pasteur complètement dérangé. La horde sauvage n’a jamais été aussi près de la fin. Sera-ce la bonne cette fois ?

Derrière un nom mythique, il y a un homme. Les auteurs, qui s’y sont essayés, nous ont livré quelques vérités sur ces personnages et plus encore sur leur époque. Aussi instructif que plaisant à découvrir. Un must have.

Écrit par Christophe Bec
Dessiné par Michel Suro
Édité par Soleil

JOUR J – LES NOCES DE SANG

Art et guerre, acte I. Les scénaristes ont fait fort pour ce 46e opus de Jour J. Inviter Salvador Dali et sa folie dans la Guerre d’Espagne. Le cocktail est par nature détonnant. En substance, le héraut du surréalisme va devenir un héros de combat parce que son poto sûr, le poète Federico Garcia Lorca a été exécuté par les phalangistes fidèles au futur Caudillo. Sauf qu’avec Dali, cela se passera nécessairement dans la flamboyance, dans l’excès et dans la dramaturgie. Une aventure qui pourrait avoir d’énormes conséquences pour une Europe et un monde au bord du gouffre en cette année 1936.

Il y a toujours un plaisir de voir la grande Histoire revisitée et modifiée par des auteurs de talent. Ils partent des faits réels et apportent une autre suite, ce qui est souvent bien pimenté et on est vit addict de ces rendez-vous de l’impossible. Le premier tome de ce diptyque ne fait pas exception à la règle.

Écrit par Fred Blanchard, Jean-Pierre Pécau et Fred Duval
Dessiné par Arlem Renato
Édité par Delcourt

Partager