On a fait le tri n°70

Note de l'auteur

Parce qu’on n’a malheureusement pas le temps de vous parler en détail de tous les bouquins qui sont passés entre nos mains, « On a fait le tri » revient sur les sorties, plus ou moins récentes, de la planète BD.

Tony L’enfant des rivières (T.1)

L’occasion fait le larron. C’est bien connu. Alors, à à peine plus de deux ans des Jeux Olympiques de Paris 2024, voici l’opportunité d’en savoir davantage sur le seul Français à avoir décroché l’or olympique dans trois olympiades différentes. Voici le premier tome qui traite de son enfance jusqu’à se première breloque en or à Sydney. Le deuxième et dernier tome paraîtra en janvier et l’intégrale sortira à l’occasion du rendez-vous planétaire de 2024 dans la capitale.

La possibilité donc d’en apprendre davantage sur un champion palois qui n’a jamais alimenté les unes des gazettes à scandales. Un sportif de très haut niveau qui a eu fort à faire pour déjà dominer ses propres frères pas manchots en canöe et en kayak. C’est une forme d’inside contrôlé par la famille Estanguet elle-même qui va nous livrer les clés du personnage qui a dominé la discipline pendant plus de dix. Et derrière le sportif, on découvre aussi l’homme.

Écrit par Tony Estanguet et Elsa Krim
Dessiné par Fred Campoy
Édité par Delcourt

L’enfant des lucioles – 1. Sécheresse de printemps

C’est à une jolie balade onirique que nous invite Arnaud Boutle, l’auteur de cette série qui s’annonce en quatre épisodes. Au centre de cette narration, au temps des quatre saisons, Fifrèle, petite lutine espiègle qui vit dans un monde empreint d’interdits et de contraintes. Ce quartet commence, comme de juste, par le printemps soit l’enfance de l’héroïne qui va également rythmer les trois prochains tomes à paraître. « Fifi » et sa famille doivent se cacher des hommes qui, dans leur grandeur, ne font pas bien attention à ce qui est petit et qui cohabite tant bien que mal avec eux. Des hommes qui ont, par la construction d’un barrage, asséché la vallée Coquelicot. Face à cette implacable sécheresse, ses parents vont aller quémander au grand conseil le droit de réutiliser la magie. Pendant ce temps-là, leur fille cadette va apprendre que le monde n’est pas forcément celui qu’on lui a décrit…

Il y a comme une forme de douceur dans ce récit, de vent qui se lève avec des individus qui reprennent en main leur destin mais aussi de poésie. Il y a, également, des thèmes plus sérieux. Comme la transmission entre les générations et le nombrilisme de l’être humain qui a des conséquences pour l’autre. Mais aussi et surtout beaucoup d’espoirs quant à l’inéluctabilité des choses. Oui, oui, un autre monde est toujours possible. Ouf !

Écrit et dessiné par Arnaud Boutle
Édité par Glénat

L’Espion de César – T. 3 : Le Rubicon

Bon, ben, il l’a enfin franchi le petit fleuve de la plaine du Pô qui marque la frontière entre la Gaule cisalpine et les provinces romaines. César, à la tête de deux légions, veut reprendre Rome à Pompée et aux optimates qui asservissent la cité. Cette deuxième guerre civile ne nous est pas directement narrée, c’est davantage la montée en puissance vers ce duel qui nous est proposée via Coax, Gaulois espion suprême de Caius Julius Caesar. Outre les plans du proconsul, le géant veut aussi faire acte de vengeance en tuant la chienne d’Hadès, une redoutable guerrière qui a tué son ami légionnaire et qui est au service de Pompée. L’un n’empêche pas forcément l’autre.

Troisième et dernier opus dans une Rome apeurée avec un maître espion aussi redoutable et terrible que dans les deux premiers tomes. Une leçon d’histoire avec une puissance graphique qui en est presque dérangeante.

Écrit par Jean-Pierre Pécau
Dessiné par Fafner
Édité par Delcourt

Warbirds – Stuka, le tueur de tanks

Dans la même veine que la série Machines de guerre chez Delcourt, qui détaille des chars stars de la Deuxième Guerre mondiale, Warbirds propose de partir à la découvert de ces avions de combat à hélice qui ont été construits en tre 1935 et 1950. Le premier des trois rendez-vous annoncés s’intéresse au Junkers Ju 87G, soit la dernière version du Stuka spécialement destinée à la lutte anti-chars avec sa sirène stridente.

C’est aussi l’occasion de partir à la découverte d’un fieffé mais talentueux salaud, Hans-Ulrich Rudel, nazi convaincu et ce jusqu’à sa mort, et pilote incroyable de Stuka. Il détient encore un record mondial de 2530 missions durant un conflit. Si une DCA alliée ou B25-Mitchell avait pu s’en charger, il n’y a pas grand monde qui s’en serait plaint… D’autres coucous seront justement mis en avant dans la suite de la série avec le Polikarpov I-16 puis… le B-25 Mitchell. Ou l’art de la transition, hein…

Écrit par Richard D. Nolane
Dessiné par Aleksandar Sotirovski et Vladimir Davidenko
Édité par Soleil

Scotland – Épisode 1

Le retour de la sémillante Kathy Austin, version 4, c’est maintenant. Après des pérégrinations au Kenya, en Namibie et en Amazonie, l’agent secret britannique aussi jolie que redoutable revient sur le Vieux-Continent, du moins sur une île qui n’en est pas loin : l’Écosse. Rassurez-vous les phénomènes étranges qui égaient cette série n’ont pas disparu et cette fois, on donne dans les crop circles, ces ensembles de motifs dont on ne connaît pas l’origine et qui excitent la curiosité du quidam. Dans la lande, la brune incendiaire risque de bien mauvaises rencontres.

On sort du confort des pays chauds pour une contrée où la noirceur ne vient pas que du climat. Léo et Rodolphe arrivent à se renouveler et à apporter davantage de profondeur à leur héroïne. On a replongé comme souvent dans leurs publications toujours aussi bien faites et dans un filon exploité au millimètre.

Écrit par Léo et Rodolphe
Dessiné par Marchal
Édité par Dargaud

Partager